Entretien avec Michel Rocard et Pierre Larrouturou – Ouest France

le 19 août 2013 par Pierre Larrouturou

« Le pays est mûr pour entendre la vérité. » À une semaine de l’Université d’été du PS, l’ancien Premier ministre Michel Rocard et l’économiste socialiste Pierre Larrouturou pressent le gouvernement de prendre les décisions qui s’imposent.

> Lire l’entretien sur le blog de Michel Urvoy et dans dimanche Ouest France du 18 août 2013.

OF_Urvoy-Larrouturou-Rocard


Retraites, emploi, croissance, le gouvernement manque-t-il de moyens ou d’idées? – France Culture

le 25 juin 2013 par Pierre Larrouturou


les matins – Retraites, emploi, croissance, le… par franceculture


Est-ce ainsi que les Hommes vivent ?

le 23 juin 2013 par Pierre Larrouturou
Ils sont six à fouiller les poubelles du Monoprix. Le plus jeune a une femme et un bébé.

Ils sont six à fouiller les poubelles du Monoprix. Le plus jeune a une femme et un bébé.


4e jour de grève de la faim

le 20 juin 2013 par Pierre Larrouturou

Hier nous avons reçu le soutien de Christiane Hessel, Guy Bedos, Cynthia Fleury, Emmanuel Poîlane, Bruno Gaccio, Patrick Viveret, Jean-Pierre Worms, Patrick Pelloux…et 1587 jeûneurs en France et ailleurs.

jeûne devant l'Assemblée Nationale


Retraites : la seule solution, lutter contre le chômage

le 20 juin 2013 par Pierre Larrouturou

Une nouvelle réforme des retraites est en préparation. Le rapport Moreau suggère d’augmenter «rapidement» la durée de cotisation à 43 ans pour la génération née en 1962, puis à 44 ans pour les personnes nées en 1966, contre une durée de 41,5 ans actuellement. L’allongement de la durée de cotisation est-il vraiment la panacée ?

Essayons d’y voir clair :

  • Aujourd’hui, c’est en moyenne à 62 ans que les salariés soldent leur retraite.
  • À cet âge, seuls 20 % des salariés ont encore un emploi. 80 % d’entre eux sont au chômage ou au RSA.

Evolution du taux d'emploi après 50 ans

  • Dans ces conditions, demander aux salariés de travailler un an ou deux ans de plus aura pour effet de diminuer les retraites de 80 % des gens : ils ne peuvent pas travailler plus longtemps puisqu’ils sont au chômage. Il va leur manquer des trimestres de cotisation et ils verront leurs pensions de retraite diminuer pour le restant de leurs jours.

Lire la suite »


« Gare au prochain tsunami financier » – Le Monde

le 16 juin 2013 par Pierre Larrouturou

Tribune publiée dans Le Monde daté du 14 juin 2013

Par Michel Rocard (ancien premier ministre ) et Pierre Larrouturou (économiste)

« Toutes les grandes défaites se résument en deux mots : trop tard » affirmait le Général MacArthur. Allons-nous attendre qu’il soit trop tard pour comprendre la gravité de la situation ? Allons-nous attendre qu’il soit trop tard pour rompre avec des stratégies qui nous mènent dans le mur ?

Officiellement, il y a eu 40.000 chômeurs supplémentaires en avril. Mais le Ministère indique qu’en un mois, il y a eu 534.000 nouveaux inscrits à Pôle Emploi. Si le chômage augmente de 40.000 « seulement » c’est que, dans le même temps, 494.000 personnes quittaient les fichiers de Pôle Emploi. « Presque la moitié ont repris un emploi » indique le Ministère. On en conclut qu’une moitié n’a pas retrouvé d’emploi : certains sont en stage. D’autres ont des problèmes administratifs mais, chaque mois, 80.000 ou 100.000 personnes tombent en fin de droit.

Dans le Sud de l’Europe, c’est pire encore : en Italie, le chômage touche près de 3 millions d’adultes mais il y a trois millions de « découragés » qui ont abandonné leur recherche d’emploi. « On organise une boucherie sociale » affirme le patronat italien. En Espagne, il y a 6.200.000 chômeurs et combien de pauvres ? « A Madrid, plus aucun fils d’ouvrier ne va à la Faculté, témoigne une jeune Espagnole. Quelque chose est en train de se casser. Si rien ne change, l’Espagne va perdre la maitrise de son avenir. »

La situation est-elle meilleure dans le reste du monde ? Aux Etats-Unis, malgré des déficits colossaux (la dette publique a augmenté de 1.100 milliards en un an), malgré le soutien de la Réserve fédérale qui crée chaque mois 85 Mds ex nihilo pour financer ces déficits, le taux d’activité est tombé à un plus bas historique : 63,3 %.

graphique : Taux d'activité aux Etats Unis

Les chiffres du chômage sont stables mais, en un mois, 495.000 chômeurs ont renoncé à chercher un emploi et sont sortis des statistiques. Même avec des politiques budgétaires et monétaires ultra-accommodantes, les Etats-Unis n’arrivent pas à sortir du chômage. En mai, l’activité industrielle a commencé à reculer.

Lire la suite »


L’Europe politique, c’est cette année. L’Europe sociale aussi.

le 14 mai 2013 par Pierre Larrouturou

Entschuldigung. Disculpe. συγνωμη

L’Europe politique, c’est cette année.

L’Europe sociale aussi.

 Cet amendement a été refusé par la direction du PS et n’a pu être proposé aux militants.

« Par défaut de volonté, par pleutrerie, par instinct de servitude, l’Europe est en train de se résigner à n’être qu’un espace commercial régi par le libéralisme et, politiquement, un dominion des Etats-Unis » écrivait Jacques Julliard en janvier 2003.

Dix ans plus tard, l’Europe est à deux doigts du KO, tant économique et social que politique : l’Europe « grand marché » ne répond pas aux attentes des peuples. Les citoyens ont l’impression que, non seulement, l’Europe ne les aide pas à sortir de la crise mais que les règles « imposées par Bruxelles » aggravent la situation. Fin 2012, l’Allemagne elle-même est retombée en récession. Tous les sommets-de-la-dernière-chance convoqués depuis 5 ans ont, certes, permis d’éviter l’effondrement mais ils ne se sont pas attaqués aux causes profondes de la crise : le chômage, la précarité, la baisse de la part des salaires et le dumping fiscal européen : en vingt ans, le taux moyen d’impôt sur les bénéfices en Europe est passé de 37 % à 25%. Dans ces conditions, faut-il s’étonner que la dette augmente ?

Les citoyens ne comprennent pas des institutions trop complexes. Ils ont le sentiment que ce « machin » fonctionne sans eux et parfois contre eux. L’Europe sociale est toujours remise à plus tard…

Pourtant, malgré toutes les déceptions, une majorité de citoyens continue à vouloir l’Europe. Pour protéger nos modèles sociaux et pour humaniser la mondialisation, rien n’est possible sans Europe. Il existe une soif d’Europe mais il n’existe pas encore dans le débat public un projet européen clair et fédérateur pour y répondre.

Bonne nouvelle ! De nouveaux traités sont en cours de négociation. Tout le monde sent bien que l’Europe est à la croisée des chemins : toutes les rustines accumulées depuis la Chute du Mur en 1989 ne suffisent plus à cacher les énormes fissures qui menacent l’édifice… Il faut construire une Nouvelle Europe avant que l’ancienne ne s’effondre.

Lire la suite »


Un homme lumineux

le 27 février 2013 par Pierre Larrouturou

Stéphane est décédé cette nuit. C’était un homme lumineux.

Ce fut un homme lumineux jusqu’au bout. Il y a trois semaines, il m’a appelé pour que je vienne le voir. Il était dans son lit. Son corps était usé mais son visage était toujours aussi souriant. Il savait que la mort pouvait advenir d’un jour à l’autre (cela fait plusieurs mois qu’il nous parlait de sa mort possible) mais comme Václav Havel qu’il aimait beaucoup, il voulait jusqu’au bout « contempler le miracle de l’être. »

Jusqu’au bout, agir pour la dignité de l’Homme et de la Femme. Un de ses plus grands regrets était de ne pas être parvenu à construire la Paix entre Israël et la Palestine. Juste avant Noël, lors d’un dîner amical, Christiane et Stéphane se demandaient encore quelle initiative on pouvait prendre pour ouvrir les yeux de ceux qui ne comprennent pas ce qui se passe en Palestine.

Jusqu’au bout, agir pour la dignité : même allongé dans son lit, il réfléchissait à ce que nous pouvions faire ensemble pour obliger les dirigeants de notre pays à mettre en œuvre les solutions de Roosevelt 2012. Nous pensions publier bientôt un petit livre (Répondez-nous !) et dans sa dernière interview au Nouvel Observateur, la semaine dernière, à deux reprises, il met en avant Roosevelt 2012 comme un des moyens de répondre à la crise du politique. Jusqu’au bout, alors que ses forces le quittaient, il aura porté cette volonté d’agir ensemble pour la justice, pour la dignité de l’homme et de la femme dans ce qu’elle a de très concret et de très matériel.

Mais jusqu’au bout, il aura porté aussi ce qu’il y a d’immatériel, de léger, d’inaliénable en chacune et chacun de nous : jamais un dîner ne se finissait sans que Stéphane ne récite un poème. Puis, dans le taxi, il me parlait du plaisir qu’il avait à retrouver Christiane : « J’ai beaucoup de chance d’avoir une femme aussi jeune –elle a dix ans de moins que moi- et aussi délicieuse que Christiane.»

Je ne sais comment nous pourrons consoler Christiane mais je pense que c’est nous qui avons eu beaucoup de chance de rencontrer Stéphane. Il avait dix ans de moins que nous. Il gardait au cœur une incroyable jeunesse. Lui qui avait connu tant de moments difficiles, gardait une incroyable énergie et une Joie contagieuse.

A nous maintenant de reprendre le flambeau. En gardant la même intransigeance sur le fond et la même humanité dans le dialogue.


« le partage actuel du temps de travail, un non-sens » – Europe 1

le 31 janvier 2013 par Pierre Larrouturou

INTERVIEW E1 – L’économiste Pierre Larrouturou, auteur de La gauche n’a plus droit à l’erreur, avec Michel Rocard, préconise la semaine de quatre jours au travail. « Aujourd’hui, ce qui est fou, c’est d’accepter le partage du travail actuel. Il y a, d’un côté, cinq millions de personnes inscrites à Pôle emploi, dont la plupart font 0h par semaine et de l’autre côté, il y a des salariés qui font plutôt 40h par semaine », a-t-il expliqué, sur Europe 1, lundi soir.


La gauche au pouvoir peut-elle agir contre la crise ? – France 5 [vidéo]

le 19 janvier 2013 par Pierre Larrouturou

Pierre Larrouturou était l’invité d’Axel de Tarlé dans C à Dire (France 5) le 18 janvier 2013.

A revoir en vidéo : http://www.france5.fr/emissions/c-a-dire/diffusions/18-01-2013_23683